Oui, mais vous n'avez pas d'expérience

Aujourd'hui on se retrouve avec un billet qui n'à strictement rien à voir avec la beauté puisqu'il s'agit d'un billet humeurs, mon ressenti par rapport à la recherche d'emploi.


Si je devais résumer les choses je citerais ceci :
"Vous allez trouver, vous avez un bon CV. Mais nous, ici, on a besoin de quelqu'un d'expérimenté, vous voyez?"
"Nous, on cherche un vieux".

Ça ne vous rappelle rien? Il s'agit de la publicité de Volkswagen pour la Golf  et je trouve qu'elle correspond assez bien à ma situation.
Pour vous situer un peu les choses, j'ai étudié le droit ; j'ai un Master 1 en droit privé. Au départ, je ne me destinais pas du tout à cela. Je voulais faire des études de commerce mais le coût des écoles m'a rapidement dissuadée. 
Les années passent, je décroche ma licence (avec une mention) puis mon master 1 sans jamais redoubler.  J'ai des résultats corrects, ni mauvais ni excellents, dans la moyenne. Durant toutes ces années de fac, je me cherche. Quel métier vais-je exercer? 
Avocate? 
Juge? 
J'ai voulu TOUT faire !
AVOCATE?
Il faut savoir qu'à la fac, on nous bassine continuellement avec le métier d'avocat. On nous parle QUE de ce métier, du concours d'avocat etc. C'est bien dommage je trouve car cela ne nous permet pas d'avoir une vision d'ensemble. J'ai aussi remarqué que, dans la tête des gens, si l'on fait des études des droit, c'est pour devenir avocat. 
Ce raccourci études de droit - avocat est vraiment fréquent et tellement cliché. 
Bref, passons. J'ai effectué un stage au sein d'un cabinet d'avocat, ça ne m'a pas plu du tout. Mon maître de stage était très pédagogue etc mais la précarité criante pesant sur la tête des jeunes avocats est plutôt flippante et soyons clair, je n'ai pas ce côté baratineur / théâtral dans l'âme car c'est aussi ça, être avocat. 

NOTAIRE?
Après cela, le métier de notaire m'attirait. J'ai vraiment adoré étudier le droit de la famille, les régimes matrimoniaux etc. Je me suis dit pourquoi pas? Pourquoi pas effectuer un 1er stage pour se rendre compte du quotidien d'un notaire dans un 1er temps? 
Coup de massu ! Je me suis clairement heurtée à un mur. La porte est fermée double tour (triple, quadruple tour même). Aucun n'a voulu partager son vécu, son expérience. Quand on dit que les notaires restent en famille, c'est vrai - dans ma ville en tout cas. Ils n'apprécient pas tellement qu'on vienne "mettre le nez" dans leurs affaires. 

HUISSIER? 
Puis, j'ai effectué un stage dans un étude d'huissiers - stage que je n'aurais jamais pu faire si je ne connaissais pas quelqu'un car, oui, les huissiers, c'est le même topo que les notaires : Un peu moins coincés mais tout aussi égoïstes. Ils oublient bien souvent qu'ils étaient dans la même situation que nous il y a quelques années en arrière. 
J'ai vraiment apprécié mon stage, à mon grand étonnement car, pour moi, les huissiers ont toujours été les grands méchants loups dans le monde professionnel du droit. En vérité, c'est une profession largement méconnue et pas appréciée à sa juste valeur. 

La recherche du stage professionnel de 2 ans
Mon master 1 en poche, je suis alors partie à la recherche d'un stage professionnel de 2 ans - appellation erronée puisque pendant ce stage, nous sommes "salarié" dans une étude. Il s'agit, en quelque sorte d'une alternance : 4 jours de travail et 1 journée à l'école (L'école nationale de la procédure)
J'ai débuté mes recherches l'année dernière, donc l'été 2014. PAF, la loi Macron qui vient tout chambouler. Les huissiers manifestent dans les rues. Toutes mes chances de trouver un stage ont été réduites à néant, les huissiers ne voulant plus prendre de stagiaire à ce moment là, pensant même à licencier. 
Totalement perdue, je me suis inscrite au concours d'avocat tout en poursuivant mes recherches. 
En tout, j'ai passé 5 entretiens, aucun ne se ressemblait. 

Le 1er entretien
Il s'agissait d'un entretien en région parisienne. En parlant des tâches à accomplir, j'ai appris, à mon grand désarroi, que je serais chargée de gérer le stock de papiers et d'enveloppes. Ça vaut le coup d'avoir BAC+4 les gars !
Hors de question également d'effectuer les tournées de significations, puisqu'ils sous-traitaient. 
Une horreur, une remise en question, l'impression d'être sur-exploitée. 
Je n'ai pas eu le poste mais j'étais soulagée.

Le 2e entretien
J'ai passé cette entretien au mois de septembre, à 1h30 de chez moi. Concrètement, je me suis demandée ce que je foutais là. La personne qui m'a reçue ne savait pas si elle allait prendre un stagiaire ou non. En gros "Je te fais faire 130 bornes pour du vent". Finalement, elle ne m'a jamais rappelée et a pris quelqu'un d'autre. 

Le 3e entretien
Même si dans ma tête je me disais "Jamais 2 sans 3", le sort va s'acharner, j'avais beaucoup d'espoir. J'étais remontée à bloc, motivée comme jamais, le smile jusqu'aux oreilles, prête à tout déchirer. En plus, cerise sur le gâteau, c'était dans ma ville, à 10 minutes en voiture de chez moi, même pas. 
Un entretien qui s'est super bien passé ! À l'aise dès le début, nous avons même pu nous raconter quelques anecdotes et rire un peu. 
"On vous recontacte début de semaine prochaine". J'avais passé l'entretien un mercredi. Lundi, rien ; Mardi, rien ; Mercredi, rien. J'appelle? J'appelle pas? 
Je me décide à appeler et on m'informe que la décision n'a toujours pas été prise. Vendredi, toujours rien. Je confirme ma motivation. Quelques heures après, je reçois un mail me disant que ma candidature est rejetée. J'ai eu cette réponse car je les ai contactés. Une autre personne ayant passé le même entretien n'a jamais eu de réponse. 
Un peu ras le bol de tous ces "échecs" et n'ayant plus rien à perdre, je cherche à avoir des explications. Aucune réponse. Je suis alors allée en personne à l'étude pour en savoir plus. 
À ma grande stupeur, voici ce qu'on m'a répondu : "Il n'y a rien à améliorer chez vous, vous étiez très bien, vous nous avez beaucoup plu mais en face de vous il y avait un garçon, plus âgé ; on a donc préféré prendre un garçon". 
D'ailleurs, j'ai repensé à l'entretien et une question m'a interpellée :"Êtes-vous en couple?". Question auquel on a le droit de ne pas répondre car discriminatoire. Jouant cartes sur table, j'ai répondu honnêtement OUI. Question anodine? J'en doute fortement même si on me répond le contraire, on me dit qu'il s'agissait de voir si j'avais une vie stable. 
Je n'ai pas été prise à cause de mon sexe !

Le 4e entretien
Ambiance glaciale. L'endroit ne m'inspire pas confiance. BINGO!
Mon entretien s'est basé sur un QCM de culture générale, plus objectif selon l'huissier. 
Rien à foutre de tes motivations ma vieille !
On m'a aussi posé des questions très bizarres telle que "Vos parents sont-ils juristes?". Non, mes parents sont ouvriers. "Ah bon, mais comment vous est venue l'idée de faire du droit?". 
Alors si je résume, si nos parents ne sont pas juristes, on ne peut pas s'intéresser au droit? 
L'irrespect à son paroxysme!
La cerise sur la gâteau : "Ici, nos collaborateurs restent jusqu'à 21h". Il m'a très clairement fait comprendre que si je ne restais pas jusque 21h, j'étais une fainéante. 
J'ai quitté l'étude avec une boule au ventre. Non, je ne voulais pas travailler ici. 

Le 5e entretien
Lorsque j'ai passé cet entretien, j'étais déjà résignée. J'avais prévenu mes proches que c'était le dernier entretien que je passais. 
Entretien qui ne s'est pas trop mal passé. J'étais d'ailleurs surprise et avais encore un peu d'espoir. 
Malheureusement, il n'y a pas eu de suite. 

Au délà de tous ces entretiens, il faut savoir que j'ai envoyé des centaines et des centaines de mails, répondu à des annonces. J'étais mobile. 
On m'a sacrément pris pour une idiote et je pèse mes mots. 
- Une personne a annulé un entretien la veille. 
- Une autre m'a dit de la recontacter pour un entretien. Finalement, c'était pour lui redonner mon CV qu'elle avait soit-disant perdu dans ses mails (la flemme de le rechercher plutôt). Je devais passer un entretien. Silence radio et cette personne a pris quelqu'un d'autre. 

Malheureusement, je suis une femme, ce qui est un point négatif. Il faut être dur pour faire ce métier et on assimile bien trop souvent les femmes à fragilité. Par ailleurs, de plus en plus de femmes s'intéressent à la profession. La proportion d'hommes est en déclin. Par conséquent, lorsqu'un homme candidate, il a automatiquement plus de chances et cela m'a été confirmé par plusieurs huissiers.

Autre point négatif : je n'ai pas d'expérience. Cette remarque me fait doucement rire. Pendant 4 ans, j'ai fait des études, j'ai bossé comme une cinglée pour avoir ces foutus semestres. De plus, dans ma fac, les stages étaient très réglementés. Nous avons pu en faire un en 3e année, et j'ai choisi de le faire dans un cabinet d'avocat. Lorsque j'étais à Montpellier, le stage se déroulait pendant les vacances de Noël, ce qui signifiait que j'allais passer Noël seule dans mon petit studio du CROUS. HORS DE QUESTION !
Le Master 1 en poche, décidant d'acquérir une expérience par le biais d'un stage non rémunéré, personne n'a voulu me tendre la main. 
Alors quand on me dit que je n'ai pas d'expérience, j'ai envie d'hurler de toutes mes forces ! Quand plus personne ne veut former, comment je fais pour avoir de l'expérience? 
Maintenant, même pour faire le ménage il faut 6 mois d'expérience. Il y a bien un problème quelque part non? C'est le serpent qui se mord la queue. 

Aujourd'hui, je me retrouve coincée. J'ai dû passer des examens pour un concours dont j'en ai strictement rien à faire et je ne peux pas / veux pas faire autre chose car cela demande une formation en plus, une expérience que je n'ai pas. 
J'ai postulé à plusieurs Master 2 mais ma candidature a été rejetée 2 années de suite alors que j'ai une moyenne globale proche de 12. 
J'ai donc décidé de tourner la page et de travailler dur pour devenir mon propre patron. Mais pour l'instant, c'est un projet que je préfère garder secret. Mais croyez-moi, vous serez très vite au courant <3
Je n'ai aucun regret. J'ai la chance d'être très bien entourée dans ma famille et d'avoir, à mes côtés, un chéri formidable qui me soutient depuis bientôt 10 ans et que j'aime profondément, et, ça, ça vaut tout l'or du monde!!

En tout cas, BRAVO si vous avez eu le courage de lire ce pavé. Si vous avez une expérience similaire, n'hésitez pas à la partager. On se soutient <3

Source de la photo : *

Partagez ceci:

Laisser un commentaire

18 commentaires:

  1. Merci d'avoir partagé ton expérience avec nous !
    Le système français m'agace au plus haut point également pour tout ce qui est stage, embauche, prise en considération des jeunes etc.. On ne nous laisse pas notre chance et c'est bien dommage, même absurde ! J'espère vraiment que les mentalités vont bouger parce que ça devient navrant..
    Je te souhaite plein de belles choses pour la suite et tu as bien raison de monter ton propre projet, je pense qu'il n'y a rien de plus épanouissant ! :)
    Bises et bravo pour cet article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça! On nous dit sans cesse qu'il faut faire des études et au final on ne nous prend pas au sérieux à la fin de nos études. On s'investit à fond et ça ne suffit toujours pas.
      Je me rappelle qu'on me disait "Il y a plein de débouchés". On est rassurés tant qu'on est dans le système scolaire/universitaire. Une fois hors de ce système, plus personne n'est là pour nous tendre la main. On nous jette dans la fosse aux lions entre guillemets et il faut se battre pour prouver ce que l'on vaut.

      Supprimer
  2. Ah je suis dans la même galère, depuis 3 mois, pas assez d'expérience ou alors on alors c'était exploitée alors je suis pas couille je vais faire 2h de route, 10h par jour avec beaucoup de stress pour un smic juste parce que je n'ai pas d'expériences, comme tu dis même pour faire du babysitting ou faire le ménage il faut un diplome, je sais pas si les entreprises se rendent compte, qu'on ne peut pas avoir de l'experience, avoir un bac +5 à 20 ans et avoir un diplome dans chaque secteur, c'est vraiment pas possible, je ne désespere pas mais en attendant il y a un autre soucis, Le gouvernement qui ne pense pas aux jeunes diplômés ou non qui n'ont pas assez " d"expériences" et n'ont pas 25 ans, du coup, aucune aide financière et là je me dis que j'ai de la chance d'être bien entouré car sinon comment je fais pour bouffer et me payer mon loyer ? Y a vraiment un gros problème dans notre pays.

    En tout cas je te souhaite bon courage, j'espère que tu arriveras à trouver.

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OMG! Ça fait tellement de bien d'être comprise même si ce n'est pas tellement rassurant qu'autant de jeunes galèrent.
      C'est carrément ça. Je n'ai pas assez d'expérience pour faire le boulot que je devrais faire via mes études. On ne me propose que des missions du type vendange ou l'usine. Je trouve ça tellement honteux qu'on exige de nous une expérience. Il faut choisir, soit on fait des études longues, soit on choisit de travailler très jeune. Impossible de faire les deux.
      Je suis dans le même cas de toi. Je ne perçois aucune aide car je n'ai pas 25 ans et je suis contraint d'accepter des boulots sous-payés pour vivre décemment, et ce n'est encore pas une mince affaire puisque comme tu dis, on exige toujours plus de nous, même pour simplement faire du ménage ou du baby-sitting. On ne rend pas l'emploi accessible, ce qui n'encourage pas du tout les gens à travailler.
      Heureusement que nous avons nos proches pour nous soutenir car il est très facile de se retrouver dans une situation précaire, voire pire.
      Il y a réellement un problème ça c'est clair.

      Je te souhaite tout plein de courage également et je ne peux que te comprendre *Soutien*

      Bisous!!

      Supprimer
  3. Ca devient vraiment du grand n'importe quoi.... En tout cas courage.
    J'ai vécu plus ou moins là même chose : mon mari a été muté dans l'Essonne et lorsque j'ai cherché un emploi (préparatrice en pharmacie) les réponses ont été "Bon courage car il n'y a pas de boulot ici" J'arrive à décrocher un entretien au bout de 7 mois de recherches et là cerise sur le gâteau la réponse du patron m'a scotché " Je suis très interessé mais vous comprenez vous n'avez pas encore d'enfants et votre mari est militaire alrs ça va pas être possible" Bref j'étais très déçue.
    J'ai donc décider de moi aussi devenir mon propre patron mais pas facile de se faire connaître (mais avec de la persévérance on y arrive )
    Bonne continuation dans tes projets

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, tous les domaines sont touchés et c'est navrant. Cette discrimination ambiante m'horripile.
      Moi non plus, je n'ai pas d'enfant et c'est évident que lorsqu'on m'a posée cette question, ce n'était pas anodin. Derrière cette question, se cachait la question de l'éventuelle grossesse, j'en suis persuadée.
      Malheureusement, je n'ai aucune preuve de ce que j'avance sinon j'aurais déjà porté plainte depuis longtemps!!

      Oui, c'est difficile d'être son propre patron mais le travail ne m'effraie pas. Quand je veux quelque chose, je me donne à fond.

      Merci beaucoup pour ton témoignage en tout cas :)

      Supprimer
  4. Coucou , j'ai lu tout ton pavé comme tu dis ^^
    tu as totalement raison pour trouver un stage c'est casi impossible et après on vient nous dire que nous n'avons pas d'expérience ! Nous étudiants nous galérons et n'avons peu voir pas d'aide ..

    En tout cas , j'espère que ton projet va devenir réalité !!
    Bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. D'un côté on nous demande d'avoir de l'expérience et d'un autre côté on ne veut pas nous en donner. On marche vraiment sur la tête!!

      Merci, je vais tout faire pour :)
      Bisous!!

      Supprimer
  5. La question sur la vie de couple, c'est peut être pour voir si tu as une vie stable, mais aussi pour jauger l'éventualité d'une grossesse !
    J'ai tout connu dans la recherche d'emploi. Trop jeune, trop vieille, pas d'expérience (ben oui mais si personne ne me donne ma première chance....) ou trop (ben oui, mais du coup, il faut augmenter un peu le salaire...). bref, ça va jamais, et ils ont suffisamment le choix pour satisfaire LEURS exigences. Comme tu dis c'est le serpent qui se mord la queue, et nous, on est les dindons de la farce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense que c'était les deux pour le coup.
      Nous sommes littéralement les dindons de la farce car les recruteurs ont, face à eux, des dizaines et des dizaines de candidats. Au début, je doutais de moi. Puis, je me suis dit que de toute façon, il y aurait toujours quelqu'un de + expérimenté, de + quelque chose. L'important est de croire en soi.
      Je vais me construire moi-même sans l'aide de personne, comme ça je n'aurai pas de compte à rendre, si ce n'est à moi-même.

      Supprimer
  6. Ah ça je confirme, le manque d'expérience est un véritable fléau, et il y a énormément de discriminations dans le monde du travail ! Je n'ai pas fait d'études de droit mais je me suis heurtée à des difficultés similaires, entre les discriminations, les maîtres de stage qui te font faire la paperasse mais gardent leur expérience pour eux, etc... même quand tu essaies de trouver un emploi basique c'est affolant à quel point on demande 35 milliards de garanties de la part d'un employé alors qu'on ne lui offre que la précarité en échange (non parce que la rémunération des stages, quand il y en a une, c'est du lol en barres).

    RépondreSupprimer
  7. Je te souhaite plein de bonnes choses pour ton projet pro.
    Bises
    Ciloucr

    RépondreSupprimer
  8. arfff, quand on fait de grandes études, c'est tellement dur apres dans la vie active !!!Je suis une femme, et ingénieur informatique, ça m'a toujours mis des batons dans les roues. Désormais à nouveau en recherche d'emploi, je manque à nouveau d'expérience (l'informatique évolue trop vite lol, stagner dans une entreprise équivaut à une petite mort dans le métier), et paradoxalement, je suis vieille.
    j'ai cependant un avantage, j'ai des enfants AUTONOMES, ah la bonne blague, à mettre en gras sur le CV stp !!!
    Bref ....
    Quand j'ai débuté, on m'a posé la question "a quand le second bébé" car j'avais à l'epoque qu'un jeune fils. J'ai répondu : "je peux plus en avoir'. Rien que pour la tete du recruteur, franchement ça valait le coup.
    Bon j'ai pas eu le poste hein ! lol et c'est tant mieux !
    Bref, moi aussi en ce moment je bosse comme une malade pour devenir mon propre patron, alors je compatis, je comprend, et je te souhaite bon courage pour toutes les étapes et bonne chance :)
    Nathalie

    RépondreSupprimer
  9. Il y a un an j'aurais pu écrire mot à mot ton texte <3 moi j'ai du quitter la France , chacun trouve sa solution. L'Angleterre m'a tout donné dans un pays où j'aurais meme pas espère un boulot de serveuse. Merci la France

    RépondreSupprimer
  10. Coucou! N'ayant pas eu le temps de laisser mon petit com hier (j'avais justement rendez-vous avec l'ami Pôle Emploi...), je reviens le mettre aujourd'hui ^^ Tout d'abord, félicitations pour ton article ! Il est juste et je m'y retrouve même si j'évolue dans un domaine différent. L'image qui l'illustre est d'ailleurs très bien trouvée ;)

    Trouver un métier qui nous correspond n'est déjà pas chose aisée. Je me souviens avoir toujours voulu être soldat du feu mais des problèmes de santé ont fait tourner court ce beau projet. Je n'avais pas de plan B et je me suis retrouvée paumée dans les méandres des cursus scolaires. Mes études étaient certes enrichissantes mais ne me menaient pas vers un avenir qui m'attirait. J'ai tout envoyé balader pour tenter ma chance en licence professionnelle en me disant que j'avais peut-être plus de chances de trouver du travail vu qu'il y avait un projet tutoré en milieu pro et un stage de fin d'année. Que nenni ! D'entrée certains profs nous ont dit que l'on aurait jamais de CDI et qu'on aurait de la chance si on trouvait de longs CDD... Encourageant n'est-ce pas !? Pour augmenter mes chances d'avoir un poste, je peux comme toi passer des concours mais ça aussi c'est une bonne blague... 490 candidats pour 5 postes lors de la dernière session...

    J'ai connu ce problème de l'expérience face à des recruteurs qui ne veulent pas prendre de risques. Mais je trouve cela injuste. C'est comme les annonces qui te demandent 2 ans d'expérience pour 1 mois de travail... Comment peut-on apprendre et avoir ces 2 ans d'expériences si d'entrée on ne nous laisse pas la moindre chance !?

    Ton article montre bien qu'il y a un gros problème dans le système. On en vient parfois à douter de soi et de ses capacités mais aussi à se demander si finalement ça valait le coup de faire autant d'études si c'est pour qu'on nous propose un poste de larbin sous-payé... Enfin quand on nous répond ...

    Je te félicite en tout cas pour ton courage et ta détermination. Je réfléchis aussi à devenir éventuellement mon propre patron (ce serait plus simple car on ne pourrait plus me refuser un poste à cause de ma santé) mais en attendant de prendre la décision, même si nous ne nous connaissons pas personnellement, je t'envoie plein de soutien, de courage, de chance et de bonnes ondes pour ton projet. Je te souhaite une belle réussite !

    Bisous, Laëtitia

    PS : désolée pour ce pavé ^^'

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour
    J'ai vu un reportage hier sur le chômage des jeunes diplômés. Même avec un bon diplôme , ils ont du mal à trouver un emploi car... ils n'ont pas d'expérience!!Comment avoir de l'expérience si on ne leur donne pas la chance d'un premier emploi...

    RépondreSupprimer