"Les shampoings bio, c'est pas efficace"

Ah... ce que j'ai pu lire, entendre cette phrase : "Les shampoings bio, c'est pas efficace", phrase très souvent associée à celle-ci : "Je retourne au chimique car au moins ça me donne de beaux cheveux", sauf que... très peu savent comment utiliser des shampoings bio de manière efficace.



Ce qu'il faut savoir....

"Il faut donner du temps au temps"
Cette citation devrait être collée sur chaque shampooing bio/naturel, ou presque.
Lorsqu'on passe au naturel/bio, il faut adopter une toute autre position par rapport à l'efficacité d'un produit. Si l'effet des produits conventionnels est immédiat, il en est tout autre s'agissant des shampoings bio/naturels.
Tout d'abord, lorsqu'on passe d'une routine conventionnelle à une routine complètement clean, il y a une période de transition à prendre en compte. C'est une période difficile pendant laquelle il faut s'armer de patience et de courage puisque nos cheveux vont perdre leur "beauté superficielle" (merci la pétrochimie) pour devenir tout simplement naturels, tels qu'ils sont, c'est-à-dire probablement laids car fortement abimés par des années de routine conventionnelle. C'est à cette période qu'on va douter de l'efficacité des produits bio et s'acharner à en essayer des tonnes parce que le st graal doit bien exister quelque part n'est-ce pas?
Sachez qu'il faut minimum 3 à 4 semaines pour se débarrasser complètement du silicone. 
Un soin bio/naturel sur un cheveu contenant encore du silicone n'est pas un mauvais produit. Il ne peut simplement pas pénétrer un cheveu rendu imperméable par le silicone. De même qu'un soin hydratant bio ne peut empêcher l'effet asséchant d'ingrédients irritants et asséchants tels que les sulfates.

Adopter une routine clean, c'est donc aussi adopter complètement cette nouvelle manière de consommer.
Avoir de beaux cheveux, c'est long : ça demande de l'énergie et du temps. En bio/naturel, les miracles n'existent pas, le cache misère ce n'est pas le but.
Deux positions s'affrontent alors :
- La position du "Je veux de beaux cheveux sans attendre" : Dans ce cas, privilégiez la pétrochimie, c'est facile et rapide. L'effet est immédiat mais pas durable. Les cheveux paraissent beaux. Mais il ne faut pas perdre de vu que ce n'est que de l'apparence. En réalité, les cheveux sont de plus en plus abîmés, les ingrédients utilisés dans les shampoings conventionnels sont néfastes pour la santé et, surtout, non biodégradables. De plus, un cheveu abîmé ne se répare pas (puisqu'il s'agit d'une matière morte), il se soigne pour éviter que cela empire. La citation "Mieux vaut prévenir que guérir" trouve ici tout son sens.  
- La position du "Je veux bannir le chimique et avoir des cheveux naturellement beaux" : Dans ce cas, il faut être patient. Mais, comme on dit, "Goutte à goutte, on emplit la cuve". La patience et la persévérance finissent toujours par payer (et c'est valable pour tout). La routine clean va s'avérer être une véritable routine soin dans la mesure où cela va être bénéfique pour le cheveu, sa qualité n'en sera que meilleure et l'effet se voit sur le long terme. C'est aussi meilleur pour sa santé et pour l'environnement.

Le bio 1er prix, de grande surface, et le bio de qualité 
On a souvent tendance à penser que plus un produit est cher, plus il est efficace. Pour la cosmétique conventionnelle, ce n'est vrai qu'à moitié puisqu'en général les ingrédients sont très similaires et cela a été prouvé.
S'agissant des produits bio/naturels, le prix est souvent le signe d'un produit de qualité mais il faut toujours être méfiant. Cela dépend aussi et surtout de la formule : Une formule basique ou une formule plus élaborée avec des ingrédients plus chers, ayant tels ou tels bénéfices.

En bio/naturel, vous avez de tout, du pas cher de grande surface comme du très cher. Généralement, concernant le bio vendu en grande surface, les fabricants ne se cassent pas trop la tête du coté de la composition. À coup sûr, vous y trouvez un tensioactif irritant. Les actifs sont en très faible quantité, si petite quantité qu'ils sont insignifiants.
Exemple typique : "Comme dirait mère-grand, il n'y pas plus nourrissant et plus pure que l'huile d'argan récoltée dans la tradition ; des cheveux doux, faciles à démêler, ça fait rêver" :   On met en avant des ingrédients naturels parce que ça rassure le consommateur, c'est sain et ça vend plus de rêve. Mais tout ça, ce n'est que de la poudre aux yeux ; c'est totalement accessoire, là pour faire joli car l'action de ces ingrédients est inexistante, puisque totalement étouffée par celle des ingrédients issus de la pétrochimie. Si votre cheveux est tout doux, tout lisse, ce n'est pas à cause d'une quelconque huile miracle, c'est le silicone le responsable.
Grosso modo, un shampoing bio de grande surface, c'est un shampooing conventionnel débarrassé de ses cochonneries, ce qui n'a pas vraiment d'intérêt, à part celui de laver les cheveux - en irritant (décapant) le cuir chevelu de surcroit.
Mais alors pourquoi le shampooing bio de qualité est-il si cher? 
Pour ses actifs mais aussi par rapport aux difficultés de formulation et également aux tensioactifs utilisés.
En effet, il existe des tensioactifs moussants aussi bien que les sulfates sans qu'ils soient, pour autant, irritants pour le cuir chevelu, sauf.... qu'ils sont 5 à 10 fois plus chers, ce qui se répercute forcément sur le prix final. De plus, ils ne sont pas faciles d'emploi.
- Les tensioactifs irritants : Sodium Laureth Sulfate, Sodium Myreth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate/Ammonium lauryl sulfate, Sodium Lauryl Sulfoacetate / Disodium Laureth Sulfosuccinate, Sodium Coco Sulfate.
- Les tensioactifs non irritants et moussants : Sodium lauroyl sarcosinate, Sodium cocoyl glutamate, Sodium cocoyl isethionate, Sodium methyl cocoyl taurate)
- Les tensioactifs non irritants utilisés en complément d'autres tensioactifs précédemment cités : Coco betaine/Lauryl betaine, Sodium Cocoamphoacetate/Sodium Lauroamphoacetate, Decyl Glucoside/Coco Glucoside/Lauryl Glucoside

En bio/naturel, les fabricants utilisent très souvent de l'ammonium lauryl sulfate en remplacement du sodium lauryl sulfate, parce que ce n'est pas cher et facile d'utilisation mais ça reste irritant.

Attention au greenwashing!
Les fabricants peuvent nous mentir. En revanche, l'INCI (liste des ingrédients) ne ment jamais. 

J'ai souvent lu des messages de filles qui cherchaient - à tout prix - à éviter les shampoings avec des silicones (parce-qu'elles ont fini par se rendre compte que c'était caca) mais sans jamais se tourner vers les shampooings bio  - ben oui hors de question de passer du coté obscur de la force, en plus le bio, ça marche pas - .
J'affichais alors un petit rictus lorsque je voyais circuler des photos de shampooings sur les réseaux sociaux, shampooings affichant cette fameuse mention "sans silicone" ; ces photos étant le plus souvent accompagné de la légende suivante : "J'ai enfin trouvé un shampoing sans silicone". Le marketing et la pub mensongère ont encore de beaux jours devant eux.
Oui mais le shampoing est vert et contient de beaux labels - inventés de toute pièce - donc forcément ça inspire confiance et on ne s'imagine pas que les marques peuvent nous prendre pour des idiots.
Alors, oui, ces shampoings sont sans silicone c'est sûr mais ils sont avec quoi en remplacement?
Ils sont remplacés par des ingrédients ayant les mêmes inconvénients (effet cumulatif, adhésion occlusive forte à la fibre capillaire et à la peau, alourdissement de la fibre capillaire, mise à mal de l’oxygénation de la peau, etc…). En plus, ils ne sont pas plus écologiques.
Illusion !
Les silicones sont en fait remplacés par : Polyquaterniums, polymères acryliques, polymères quaternisés ("Hydroxypropyltrimonium guar" par exemple).
De même, on n'hésite pas à mentionner en caractères très apparents sur le shampoing: Sans paraben. Illusion aussi puisque ces derniers sont remplacés par des ingrédients tout aussi discutables : Methylisothiazolinone (ingrédient très allergisant) ; Phenoxyétanol (allergisant et perturbateur hormonal).

Mes cheveux sont gras
Cela peut être lié à plusieurs facteurs.
- Si vous passez d'une routine conventionnelle à une routine bio : Les produits conventionnels étant bourrés de silicones et autres joyeusetés saturent la fibre capillaire, étouffent le cheveux. En plus de démanger le cuir chevelu, ils peuvent aussi être responsables d'un cuir chevelu gras. Il faudra alors attendre que le cheveu et surtout le cuir chevelu se débarrasse du silicone.
- Si vous vous lavez mal les cheveux :
En effet, c'est en discutant avec une femme représentant une marque bio que j'ai pu constater que je me lavais mal les cheveux.
Évidemment, je savais qu'il faut appliquer son shampoing sur des cheveux entièrement mouillés. Mais le passage au shampoing bio peut être déconcertant car son utilisation est différente. Il mousse moins qu'un shampooing conventionnel notamment.
Personnellement, j'avais tendance à en utiliser beaucoup trop et à masser très énergiquement mes cheveux. Or, c'est le cuir chevelu qu'il faut laver (puisque c'est là que se retrouve majoritairement le sébum), le shampoing descendant tout seul sur les pointes lors du rinçage, ce qui suffit amplement à les laver.
Il faut aussi émulsionner sa dose de shampooing dans les mains avant de l'appliquer sur ses cheveux, c'est plus efficace.
Cette charmante dame m'a aussi demandée si je faisais un ou deux shampoings. J'en ai toujours fait un seul. Pour elle, en faire deux réduit la sensation de cheveux gras. Je pensais que je me rinçais mal les cheveux car l'arrière de mon crâne était plus gras que le reste.
Depuis que j'en fais deux, la différence est nette et cela est parfaitement logique. 
Quand vous renversez de l'huile et que vous voulez nettoyer, un seul coup de balais ne suffit pas n'est-ce pas? Pour les cheveux, c'est pareil. "Les tensioactifs (agents lavants) du shampoing qui vont entrer en contact avec ce gras lors du premier shampoing, vont voir leur pouvoir détergent fortement diminué (un peu comme un shampoing dans lequel on rajouterait une grosse louche d’huile). C’est la raison pour laquelle le premier shampoing mousse et s’étale toujours moins bien le second. Raison pour laquelle également un shampoing mousse très mal suite à un bain d’huile et peine à le rincer aussi parfois. Car le gras diminue la détergence, la mousse et aussi l’étalement du shampoing. Simple fait physique.
Le premier shampoing enlèvera donc uniquement une petite partie du sébum et des salissures, car ces mêmes substances l’ont rendu moins détergent, moins efficace donc. C’est donc le 2ème shampoing qui va éliminer cette fois entièrement le sébum accumulé (c’est à dire en excès) et les salissures du cheveu.
"
Attention toutefois à utiliser un shampoing contenant des tensioactifs doux. En effet, si le cuir chevelu est décapé par un tensioactif irritant, cela va exciter les glandes sébacées qui vont alors produire davantage de sébum. Attention, les shampoings pour cheveux gras sont souvent agressifs et asséchants. Privilégiez des shampoings doux avec des tensioactifs non irritants comme cités ci dessus. 
- Si vous vous lavez les cheveux tous les jours :Ce n'est pas bon pour le cuir chevelu. C'est agressif et, encore une fois, ça excite les glandes sébacées qui produisent plus de sébum.
Il faut espacer ces shampoings. Pour cela, utilisez un shampoing sec (maison comme celui-ci) ou de l'argile qui va absorber le sébum.
- Le sèche cheveux et autres appareils chauffants :
Lui aussi peut être un facteur. Il excite lui aussi les glandes sébacées. 

Source : *

Partagez ceci:

Laisser un commentaire

7 commentaires:

  1. De bons conseils ! quand je suis passée au nature, j'ai pas eu cette phase de transition, ouf ! Et comme toI je frictionner pas mes longueurs avec le shampoing le rinçage suffit , bref de la patience comme tu dis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci <3
      Tu as bien de la chance, moi ça a été un peu difficile au début :///

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Merci pour ce beau article et ces merveilleux conseils!
    Bious!

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ces bons conseils ! C'est vrai qu'entre les compos parfois indéchiffrables et le greenwashing, c'est dur de s'y retrouver !
    Djahann

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, difficile de s'y retrouver c'est vrai!! C'est pour cela qu'il faut rendre l'information accessible au plus grand nombre :)

      Supprimer