Et si... le bio n'était pas si bon que ça?

Depuis plusieurs mois déjà, j'ai changé mon mode de consommation concernant les produits cosmétiques, et plus précisément les produits soins pour la peau, produits que j'utilise quotidiennement. La parano que je suis est un peu tombée de sa chaise en découvrant tout ce que pouvaient contenir les produits conventionnels. Oui, oui, je croyais vivre dans le pays des bisounours et je ne pensais pas qu'on pouvait nous vendre de telles horreurs niveau ingrédients. Ni une, ni deux, j'ai épluché tous mes produits et direction poubelle pour certains; dons aux copines qui s'en moquent pour d'autres (même si ça me faisait culpabiliser de leur donner ça).
Seulement voilà, le BIO/naturel n'est malheureusement pas gain de produit sain (ben oui, sinon ça serait trop simple). Le label étant rassurant, il demeure indispensable de garder un oeil sur la liste des ingrédients, certains d'entre eux étant nocifs et (pourtant) autorisés en cosmétiques bio.


La cosmétique BIO/naturel, le minéral et le greenwashing

Le BIO: Tout d'abord, il faut savoir qu'un cosmétique ne peut pas être BIO à 100%. Donc, parler d'un cosmétique BIO est une erreur voire un abus de langage. Un produit dit BIO ne peut concerner qu'un produit alimentaire - il contient des ingrédients bio. Il n'y a que les huiles végétales qui peuvent être entièrement BIO. Autrement dit, un produit estampillé bio est en fait un produit composé d'ingrédients biologiques. 

Un produit naturel est un produit sur lequel aucun label n'est présent. Logiquement, sa composition est correcte. Cependant, n'étant pas soumis à la règlementation des produits bio, le champ est "libre". Un produit peut très bien contenir 95% d'ingrédients naturels et 5% de pétrochimie. 

Le maquillage minéral : Maquillage minéral ≠ BIO. C'est un maquillage naturel mais pas bio. La plupart des colorants dans les maquillages sont minéraux. Le mica, beaucoup utilisé en maquillage, est un colorant naturel. Le soucis dans les maquillages conventionnels, ce ne sont pas les colorants, ce sont les adjuvants, ce qui permet de fabriquer le maquillage.
Exemple: L'ombre à paupières était déjà utilisée il y a 20 à 30000 ans. Ils écrasaient le charbon pour faire du noir. Le kajal qu'utilisent les indiens est un mélange de charbon, de beurre de ghee cuit au chaudron. Le kajal, aujourd'hui, est un terme utilisé mais n'est plus du tout fabriqué avec la recette d'origine. Le problème du kajal ou du khôl, ce n'est pas la couleur, c'est ce qu'on a rajouté pour le stabiliser, pour le faire en forme de cône:  texturants, conservateurs, liants.. contenant du parabène et phenoxyéthanol, identifiés comme produits toxiques
On peut identifier les couleurs nocives si l'on voit sur l'étiquette ceci: CL avec un chiffre, ce sont les colorants.

Le greenwashing, c'est tout simplement cette nouvelle mode du "Sans" qui a, à l'heure actuelle, le vent en poupe. Ça rassure les consommateurs de voir "sans silicones" "sans parabène". Or, ce n'est rien d'autre qu'un argument de vente, parce que le bio c'est IN et que ça fait de plus en plus d'adeptes. Du coup, les marques conventionnelles en profitent pour surfer sur cette vague et, ainsi, avoir leur part du gâteau.
Ne vous faites pas avoir! Ce n'est pas parce que les coloris (vert, blanc..), les motifs (fleurs, huiles...), les termes (naturel, nature, organique, bio), les logos sortis de nulle part / inventés laissent penser que le produit est clean qu'il l'est vraiment. C'est purement et simplement vous induire en erreur; c'est du marketing; rien d'autres.
Huile d'argan bio, actifs de plantes par ci... si vous remarquez bien, ce sont les choses qu'on vous vante à la télé. Bien sûr, c'est plus vendeur de dire "bourré de silicones qui étouffent vos cheveux" "sulfates qui irritent votre peau". Mais, à y regarder de plus près, ces fameux actifs se retrouvent en bas de la liste; autant dire que leur concentration est faible et anéantie par tous les ingrédients chimiques qui se retrouvent au dessus= poudre aux yeux!
La seule façon de le savoir, c'est de lire sa composition.

Les ingrédients autorisés en cosmétiques BIO et pourtant mauvais pour la santé

La vérité est que les labels bio ne permettent pas d'éviter toutes les substances à risques. Les produits labellisés sont dénués d'ingrédients considérés comme les plus nocifs. Cependant, cela n'empêche pas la présence de potentiels irritants et/ou allergisants. 
La meilleure chose à faire reste d'étudier la liste des ingrédients présente au dos de chaque produit (sa présence est une obligation) et d'apprendre à la décrypter. (Je t'aide juste ici). 
Voici quelques ingrédients à éviter:
- Les sulfates
Les sulfates, ce sont des tensioactifs, des substances éthoxilées. Plus simplement, c'est un agent moussant qui se trouve dans la plupart des cosmétiques lavants, en très grande quantité, généralement, car juste après l'eau : shampoing, savon, dentifrice, gel douche, gel nettoyant visage... et j'en passe.
Ils permettent à un produit de mousser abondamment et donc de nous laisser penser que, si ça mousse, c'est que ça lave. Or, ce "nuage de mousse" est en fait un tensioactif/détergent au fort pouvoir dégraissant et donc nettoyant. En gros, ça lave tellement que ça irrite le cuir chevelu (et la peau en général) qui va vouloir se "protéger" en produisant davantage de sébum (d'où les cheveux gras; les pellicules) et assécher les longueurs et pointes. L'usage répété des sulfates détruit, à terme, la barrière naturelle de la peau laissant facilement pénétrer de "mauvaises choses" dans l'organisme. 
Un vrai calvaire qui profite aux fabricants puisque ça va vous générer d'autres problèmes que vous n'aviez pas au départ. Si nos cheveux s'assèchent, on va forcément acheter après-shampoings, masques nourrissants... LOGIQUE!
Parmi les sulfates, voici une liste du moins irritant au plus irritant:
non/peu irritant
- Coco Glucoside
- Decyl Glucoside
- Disodium Cocoyl Glutamate
- Laurdimonium Hydroxypropyl Hydrolyzed Wheat Protein
- Lauryl Glucoside
- Sodium Cocoamphoacetate
- Sodium Cocoyl Glutamate
- Sodium Cocoyl Hydrolyzed Wheat Protein Glutamate
- Sodium Cocoyl Hydrolyzed Wheat Protein
- Sodium Lauryl Glucose Carboxylate & Lauryl Glucoside
- Sodium Lauroamphoacetate

moyennement irritant
- Cocamidopropyl Betaine
- Disodium Cocoamphodiacetate
- Disodium Laureth Sulfosuccinate
- Sodium Coco Sulfate

irritant
- Ammonium Lauryl Sulfate
- Sodium Laureth Sulfate
- Sodium Lauryl Sulfate
- Sodium Lauryl Sulfoacetate
- Sodium Myreth Sulfate
Méfiez-vous!
-> Privilégiez des produits de soin biologiques de qualité qui ne contiennent aucun sulfate.
Attention, la grande majorité des produits BIO vendus en grande surface en contiennent, et ce ne sont pas les plus doux malheureusement, notamment So' Bio étic - mais pas que - Coslys par exemple, mais ce n'est pas une marque de GMS. 

- Le parfum
Le parfum / fragrance ou plus précisément les phtalates (perturbateurs endocriniens qui sont potentiellement cancérigènes). Il faut savoir qu'ils sont souvent utilisés dans les produits de soin et de maquillage comme stabilisateurs pour les parfums synthétiques (c'est le cas notamment pour le DEP). 
On les retrouve sous d'autres appellations : Diéthylphtalate (DEP), Diisodecylphtalate (DIDP).
Seulement voilà, ils sont difficiles à identifier dans la mesure où ils peuvent très facilement se cacher derrière la dénomination "parfum", dénomination mystère qui se révèle être un condensé d'ingrédients et très probablement de phtalates parmi ces derniers. C'est le cas dans les produits naturels. 
Pour les éviter, vaut mieux opter pour un produit sans parfum, ou un produit parfumé naturellement aux huiles essentielles (huiles essentielles certifiées bio évidemment et non synthétiques)
- Les agents occlusifs
Interdits par le label Cosmébio, un ingrédient est toutefois autorisé, le fameux BTMS ("behentrimonium methosulfate (and) cetearyl alcohol"). Cet ingrédient est, en fait, utilisé dans de nombreux après-shampoing bio afin de démêler les cheveux mais qui est, ni plus ni moins, un ammonium quaternaire.
- L'alcool
Utilisé comme solvant et conservateur, l'alcool assèche et irrite la peau. Peaux sèches, sensibles, passez votre chemin et n'en utilisez pas pour votre baby chou, surtout si ça fait partie des premiers ingrédients dans la liste (= haute concentration). En fin de liste, c'est moins grave.
On les reconnait sous les appellations suivantes: "Alcohol", "alcool denat", "isopropyl acohol".
Cependant, vous remarquerez que certaines marques bio, notamment allemandes (mais pas que) - Melvita, Weleda, Logona... - utilisent très souvent de l'alcool. L'alcool leur sert en effet de conservateur. Ces marques là vont donc contrecarrer ce coté asséchant de l'alcool en utilisant de vraies huiles végétales dans des proportions assez significatives, ce qui n'est souvent pas le cas des marques classiques de cosmétique naturelle qui, elles, utilisent, la plupart du temps, des huiles estérifiées ("Caprylic Capric Triglyceride" ; "Coco Caprylate Caprate" ; "Oleyl Erucate" ; "Oleyl Linoleate" ; "Decyl Oleate" : huiles végétales modifiées en laboratoire pour bénéficier d'une texture légère et crémeuse, qui s'applique et pénètre mieux dans la peau mais qui perdent alors de leurs richesses, en principes actifs). 
- Les conservateurs
C'est ce qui permet à votre produit de ne pas se "gorger" de microbes. Il a la même fonction que l'alcool donc. Par conséquent, plus il est en tête de liste, plus c'est mauvais.
On les trouve sous les appellations suivantes: "Benzyl alcool" "Sodium benzoate", "potassium sorbate"
À tout cela, il existe des alternatives non -polluantes et plus saines pour notre peau.

Reste encore le problème des labels:
Les labels actuels ne vont en effet pas encore assez loin:
- Des labels tolèrent encore certaines substances problématiques comme par exemple le Benzyl Alcohol classé de "orange" à "rouge" par l'association EWG.
- D'autres labels autorisent jusqu'à 5% de substances chimiques
- Aucun label ne garantie un produit 100% naturel
- Tous les labels mentent par omission en faisant croire que le produit est de qualité biologique alors qu'il ne peut très bien n'y avoir que 10% de composants bio (total des ingrédients) voire 5% seulement pour le label ECO de Cosmebio (label non retenu)

Bref, il y a encore des progrès à faire.
L'idéal serait un label unique, restrictif et indépendant des fabricants avec un pourcentage clair des ingrédients naturels et biologiques avec ou sans eau (qui constitue de 70 à 90% du produit). Nous en sommes encore loin...

Sources: * * *
Crédit : *

Partagez ceci:

Laisser un commentaire

26 commentaires:

  1. Merci pour cet excellent article et ces bons conseils. Je vais ouvrir l'oeil maintenant !
    Djahann

    RépondreSupprimer
  2. J'ai appris à décrypter les étiquettes ... Et après je n'y arrive pas toujours . Le choix reste limité mais au moins nous avons le choix ... Cet été que j'ai passe dans un Dom : Ben t'as pas le choix , le bio est quasi inexistant ... Le choix tout le monde ne la pas ... Sinon j'aime faire mes achats en biocoop , on trouve des produits un peu plus sain qu'ailleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'ai appris avec le temps à "ne plus me faire avoir" mais je ne suis pas infaillible non plus. Ah tiens, je ne savais pas pour les dom.
      Oui, j'ai acheté mon gel douche en biocoop, il est top!

      Supprimer
  3. Super article miss !! tu devrais rejoindre le groupe d'une jeune femme qui milite contre le greenwashing, tu seras la bienvenue :) gros bisous :) https://www.facebook.com/groups/325291384287834/

    RépondreSupprimer
  4. Je vais mettre ton article de côté, ça va m'aider à mieux comprendre les compositions. Parce qu'au final même quand on fabrique ses propres produits, il y a des composants qui ne sont pas top. Vu que je ne suis pas encore au point je m'inspire de recettes toutes prêtes qui contiennent souvent du BTMS et de l'alcool :s

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut être vigilant à chaque fois, c'est agaçant :/

      Supprimer
  5. C'est un sacré merdier à tout décortiquer !

    RépondreSupprimer
  6. merci pour cet article très complet et donc très instructif

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement, le bio n'est pas exempté de tous produits crados. Il y a différents labels avec différents degré de sérieux et de sécurité quant aux composants, mais c'est aussi à nous de vérifier ce qu'il y a dans nos produits ^^

    Toujours est-il que le bio limite la majorité des produits de merde contrairement à la cosmétique conventionnelle, et qu'on a souvent des produits avec bien plus d'actifs réellement actifs :)

    Sachant qu'en bio il y a des marques qui ne font pas trop d'efforts (So Bio Etic, j'ai acheté un peu trop vite un shampoing de la marque blindé de sulfates miam !) et d'autres si, label particulier ou pas :)

    Le must restant même de passer carrément à la Slow Cosmétique, mais ça c'est une autre histoire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton franc parler :)
      Je suis d'accord avec toi: certains marques ne font vraiment pas d'efforts. Il y a la question du label mais ce n'est pas parce que les sulfates et autres sont autorisés qu'il faut en mettre. Certains vont vraiment à la facilité et ne s'emmerdent pas.
      La Slow cosmétique? Je ne connais pas, il faudrait que je me renseigne :)

      Supprimer
  8. Excellent article ! On voit qu'il y a eu un beau travail de recherche ! Ton article m'a aidée à y voir plus clair. Merci <3

    RépondreSupprimer
  9. merci pour cet article, je vais l'imprimer, moi qui n'y connais pas grand chose mais pourtant essaie d'éviter toute cette chimie...

    RépondreSupprimer
  10. Et hop, en favoris pour les fois où j'ai des doutes. C'est vraiment difficile de trouver des choses correctes pour se laver :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut vraiment regarder. En tant que gel douche, je possède celui de chez Phytonorm, le shampoing douche, il est top et avec une bonne compo' :)

      Supprimer
  11. Bonjour
    il faut avoir l'oeil sur la compo. souvent ils mettent en avant ce qu'il n'y a pas mais lorsqu'on regarde de plus pres, il y en a d'autres pas si bien que ça ^_^ Bravo pour ton article

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui, quand il y a trop de "sans", il y a anguille sous roche ^^

      Supprimer
  12. Bel article qui aide pas mal de monde.
    Bravo!

    RépondreSupprimer