La divacup : L'essayer c'est l'adopter

Si tu es du genre frileuse et que ça t'horripile totalement de parler "menstruations", "hygiène intime", "protections périodiques", je te déconseille de lire cet article car c'est son thème principal.


Pourquoi fuir les protections périodiques conventionnelles? 


Après différente recherches sur le sujet, je me suis enfin lancée et j'ai décidé de fuir les protections périodiques conventionnelles. Tu le remarqueras sans doute si tu en utilises, rien n'est indiqué sur la composition de ces produits. Or, il me parait primordial de savoir ce que l'on utilise, surtout près de cette zone si fragile, la paroi vaginale; particulièrement absorbante au moment des menstruations. De plus, on en utilise une assez grande quantité: 5 jours par mois durant 40 ans en moyenne. Il y a de quoi se poser des questions quand on sait que les substances utilisées se propagent dans notre organisme.
Prenons l'exemple du tampon, au contact de liquide, des petits filaments se désagrègent et restent dans notre paroi vaginale (sympa tout ça). 
Par ailleurs, si les lois sur les compositions des cosmétiques sont assez strictes: L'INCI doit être apparente. Il n'y a pas d'échappatoire. Il en est, en revanche, tout autre concernant les serviettes hygiéniques, les fabricants n'étant soumis à aucune obligation concernant cela, si ce n'est de mentionner le taux d'absorption
Les marques BIO l'affichent. On y retrouve d'ailleurs du coton bio, de l'amidon de mais, de la pulpe de bois (beaucoup plus rassurant n'est-ce-pas?).
S'agissant des protections périodiques, je ne t'apprends rien sur le fait qu'elles sont composées principalement de coton. Or, le coton est la culture la plus polluante, la plus traitée au monde (bonjour les pesticides et compagnie). Mais ce n'est pas tout; Pour qu'une protection périodique soit efficace, il ne faut pas de fuite, pas d'odeur nauséabonde. C'est donc là que les produits chimiques interviennent: 
- Viscose issue de cellulose (pulpe de bois; pulpe qui est associée à de la soude chimique, et qui est à l'origine de son "SUPER" pouvoir absorbant).
- gels super absorbants (vous savez le truc bleu qu'il y a sur vos serviettes) qui sont en fait un amas de polyacrylate de Sodium (polymère en forme de cristaux, capable d’absorber jusqu'à 800 fois sa masse en eau. Il serait potentiellement allergique et cancérigène).
- Agents blanchiments (parce le sang c'est vilain): Très toxiques; cancérigènes.
- Parfum synthétique (parce que bouhhhh le sang, ça pu): Le plastique, c'est bien connu, ça ne sent pas bon; encore moins avec la macération.... d'où ces parfums synthétiques, coupables d'irritations vaginales. 

Les alternatives pour les frileuses de la cup

- Serviettes hygiéniques en coton bio
- Tampons en coton bio
- Serviettes hygiéniques lavables

Et la cup alors? 
Pour celles qui n'ont pas peur du sang (car tu risques d'en avoir sur les doigts) et qui sont à l'aise avec leur corps, il y a aussi la cup (faite de silicone chirurgicale et qui va venir recueillir ton sang). Je vais te l'avouer, j'avais des à priori: ça va me gêner, ça va fuir, ça va me faire mal, je vais jamais réussir à la mettre... Bref, tout cela a été balayé d'une traite le jour où je l'ai testée. 
Premièrement, ça rentre facilement. Dès la 2e fois, j'avais déjà pris le coup de main. 
Ensuite, ça prend la forme de la paroi. Ça se met tout seul. 
Aucune fuite: J'ai dormi avec, marché (la vie quoi) et RIEN! J'ai même fait la ouf: je n'ai pas mis de serviette hygiénique "au cas où" et rien rien rien!
Pour l'insérer, je me met accroupie (pour détendre les muscles du vagin, c'est top), et j'ai opté pour l'option de pliage suivante: je ramène les bords de la cup les uns vers les autres et je la plie à nouveau de sorte à former un U. 

Pour la retirer, position accroupie également, et je presse la cup pour annuler l'effet ventouse et ça sort tout seul. Un peu d'eau peut aider. Elle doit être vidée selon ton flux, 2 à 3 fois par jour. Tu seras surprise de voir la faible quantité de sang présente dans la cup. 
Tu la rinces, tu la réinsères et c'est partie!
À la fin des règles, je la plonge dans une casserole d'eau bouillante couplée à du vinaigre blanc pour la désinfecter et je la range dans le sac en coton fourni. 
Niveau prix, ça coûte dans les 30€ et ça peut durer jusque 10 ans paraît-il. Top non? 
La cup, c'est aussi moins de déchets, moins de situation gênante (aller aux toilettes d'un resto avec ta serviette dans ta manche, ce qui es tout sauf discret), moins de sous dépensés (30€ pour 10 ans, je te laisse faire le calcul), un gain de place (parce que ta cup ça prend moins de place qu'un gros paquet de 30 serviettes hygiéniques), pas d'odeur (car la cup évite la macération); un risque diminué de mycose, sécheresse vaginale (et j'en passe), aucune fuite (si t'aimes dormir nue, c'est l'idéal). 

Alors, convaincue? 

Partagez ceci:

Laisser un commentaire

2 commentaires:

  1. J'uttilise la cup depuis 3 mois maintenant et j'en suis ravie ! Au début j'avais les même a priori que toi surtout pour la mettre mais au final je regrette pas du tout !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton article, j'ai testé la cup pour la première fois lors de mes dernières règles, je ne suis pas encore à l'aise avec et je veux l'apprivoiser avant d'en faire un article mais le tien est bien clair je trouve.
    Perso je n'ai pas trouvé de meilleure façon de plier la cup, mon souci principal est qu'elle est dure à insérer assez profondément pour ne pas me gêner car j'ai les ongles longs qui accrochent =( snif
    Bises

    RépondreSupprimer